L'heure du bilan

Publié le par Fei

Non, je ne fais pas une crise existentielle, je ne me retourne pas pour évaluer l'oeuvre de ma vie et me féliciter du chemin parcouru ou pleurer sur les ruines fumantes de mes projets. La mid-life crisis est encore loin, et la quarter-life crisis reste à inventer, donc j'ai encore un peu de marge. Plus simplement, j'achève demain une mission qui devait durer un peu moins de 7 mois mais aura au final couvert un an. C'était mon premier job, premier salaire à peu près décent (j'avais super mal négocié le coup, faut dire), qui m'a permis de prendre mon premier appart'. Bref, cette année a apporté pas mal de changements, et est la première de la nouvelle orientation de ma vie.

Le boulot en lui-même : après 6 mois de recherche infructueuse en bio-info, je décide d'élargir mes recherches en modifiant mon profil sur Monster. Efficacité impressionnante, puisque le lendemain j'étais appelé par une agence d'intérim pour une mission dans un labo, que le surlendemain j'avais un entretien chez eux, et que deux ou trois jours après j'en avais un autre chez le client. Le job m'éloigne de mon domaine, puisque je vais être rattaché à la qualité et plus particulièrement à la validation, mais c'est un poste d'assistant chef de projet et je reste dans mon secteur, les sciences du vivant. Pas de programmation, mais je mets un pied dans l'industrie pharma pas super ouverte aux biologistes, j'ajoute la gestion de projet à mon CV, et puis je suis gagne enfin des thunes. C'est loin (135 bornes A/R), l'indemnité de transport ressemble plutôt à une blague (3.51 euros par mois !) mais allez, roulez jeunesse !

D'un point de vue technique, j'ai pas mal appris. Le monde particulier de la pharma, avec ses réglementations (GxP, 21 CFR Part 11 sont des codes que je connais maintenant), ses très nombreuses procédures (ça c'est impressionnant, y en a pour tout), son département qualité omniprésent (AQ en amont, CQ en aval). J'ai suivi le cycle en V de validation d'un système informatisé ; j'ai appris à écrire un cahier des charges bien carré, des procédures et instructions, des protocoles de qualification, etc...

J'ai aussi compris que la validation c'était pas pour moi, trop strict, trop rigide, trop mécanique. Jouer les tests de QO c'est chiant comme la mort, et comme il faut tout prouver il faut faire une capture d'écran à chaque test, et la dater avant de la signer. Comme l'application est d'une complexité relative bien que pas insondable, j'ai passé des heures à écrire la date et signer des feuilles. Une star en dédicace, mais sans aucun fan. Suuuuuuuuuper passionnant. Un autre enseignement : les grosses boîtes et les projets internationaux c'est super frustrant. Faut toujours consulter 12000 personnes qui savent même pas de quoi on parle, composer avec les rivalités de services, les guéguerres entre personnes, et évidemment tous ces gens là ont toujours mieux à faire donc te font perdre un temps fou. J'estime que ma boîte a du me payer 2 mois à rien foutre, en total cumulé de temps perdu. A la base je bosse vite (déjà dans mon stage d'avant je les avais pris de court à certaines périodes), alors si l'environnement est lent, forcément ça finit par coincer.

D'un point de vue humain, bilan pas terrible. Des gens pas désagréables mais pas super chaleureux. J'étais à l'étage administration, avec tous les directeurs, donc tout le monde a la tête dans le guidon. Mon boss est un tantinet psycho-rigide (c'est bien pour son boulot mais pour le reste...), le DRH a bien mis 5 mois à faire autre chose qu'une tronche d'enterrement en disant bonjour le matin, etc. Je peux pas dire qu'y avait une mauvaise ambiance, c'est plutôt qu'y avait pas d'ambiance du tout. En plus, au fur et à mesure l'étage s'est vidé (congé maternité, licenciement, changement de bureau, longue maladie). La déprime totale, du coup j'ai amené de la musique, parce que le silence de mort au bureau c'est vraiment glauque. Et puis la moyenne d'âge était entre 35 et 40 ans, et avec des gens pas funs ça fait qu'on avait globalement rien à se dire et pas les mêmes préoccupations. Les seuls avec qui ça passait, c'était l'admin Notes (28 ans, mais partie pour materner) et l'admin système quand il était sur le site. D'ailleurs dans mon stage précédent le plus sympa c'était aussi l'admin système, je devrais peut-être me reconvertir, moi.

Au niveau personnel, ce boulot m'a permis de prendre un appart' depuis 10 mois maintenant, me rendant ainsi indépendant. Mon appart' me plaît, j'aime Versailles et le quartier où je suis, y a pas mal de transports et je reste près de ma famille et des potes. Bon je dois faire le ménage, les courses et la bouffe, mais je survis. Par contre, je ne connais pas grand monde à Versailles, et bosser aussi loin avec des gens aussi cools aide pas à élargir son cercle d'amis. Pas grave, mais moi aussi j'aimerai faire des trucs avec les collègues de boulot de temps en temps, la petite binouze après la réunion du soir ou ce genre de trucs. Dans mon prochain taff j'espère... Parce que sans ça, rencontrer de nouvelles personnes c'est moins simple. Entre deux rouleaux de sopalin au supermarché, c'est moyen... Par contre, reecvoir les potes pour les petites soirées Seigneur des anneaux, une petite dînette ici ou là, ça c'est cool, j'aime bien.

Maintenant, y faut que je trouve un nouveau job, moins précaire (oui parce qu en un an j'ai cumulé 4 contrats au même poste, en fait), mieux payé, avec une meilleure ambiance. J'ai de quoi voir venir quelques temps et j'aurai droit au chômage donc je serai pas obligé de rendre l'appart' tout de suite en cas de délai pour retrouver du boulot. Mais bon, j'ai différé quelques projets d'achat en attendant, par principe. Et puis le chômage me permettra de jouer à Dragon Quest VIII et d'enfin mater quelques séries et films qui me font de l'oeil depuis des mois.  ^^

Pour finir, des squatters vont débarquer chez moi ce soir pour le WE, qui va être un peu chargé, donc je ne suis pas certain de pouvoir écrire une nouvelle note avant lundi.

Publié dans Rien à bloger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Des squatteurs ? Tiens ça me dit quelque chose ^^
De mon côté, je n'ai jamais réussi à me faire des potes au travail (pas franchement essayé non plus j'avoue). Généralement je m'entends bien avec tout le monde mais je ne mme fais pas d'amis. C'est peut-être du au fait que je ne fais pas encore le travail qui me passionne, et que donc les gens qui sont très intégrés dans ces milieux et moi ne partageons pas grand chose... Je sais pas, mais ça ne me dérange pas. La plupart de mes potes, je me les suis faits dans mes activités anexes, sur le net, ou en rencontrait les copains des copains.
En tout cas j'espère que tu vas vite retrouvé un job qui te plaise. Pas de nouvelles de la seconde candidature dont tu m'avais parlé ?
Répondre
F
Nope, jusqu ici j ai du mal a concretiser les entretiens faut croire.
Sinon pour les potes au boulot, je serai deja content avec une bonne ambiance. Que ca rigole un minimum, quoi. ^^