Avoir été et redevenir

Publié le par Fei

Ca y est ! Enfin ! Vous pouvez pas savoir comme je suis heureux, vous n'imaginez pas le soulagement que c'est. Depuis le temps que je stagne comme ça, j'y croyais plus, ça me fait tout bizarre. Ca fait combien d'années que je suis en retrait ? Même moi j'ai perdu le fil. Tout le monde me connaît, pourtant. J'étais un symbole, l'idôle des jeunes avant l'heure. Sauf que le pépé peroxydé a mieux vieilli que moi, il a su se placer. Moi j'ai pas su tenir la cadence quand le monde s'est accéléré. Faut dire, on m'en a pas franchement laissé l'occasion. Quand mon imprésario est mort, lui et son héritier avaient tellement cadenassé la succession que je pouvais rien faire sans leur accord, et la nouvelle direction était pas franchement téméraire. Ils se sont contentés de gérer mon image, à la papa, mais ils ne m'ont jamais laissé tenter de m'adapter à l'époque. Et moi j'étais coincé, de toute façon. Ce serait long à expliquer, mais tout seul je ne suis rien, en fait. Du coup, lentement, j'ai été relégué en 2e division. Les gamins savent encore qui je suis, bien sûr, mais ils me voient comme un héritage de la jeunesse de leurs parents. Un peu comme un chanteur ringard qu'on redécouvre en farfouillant dans leurs vieux vinyls.

Mais là j'ai un gros projet, qui va me ramener aux premières loges, si le résultat est là. Un truc avec des anglophones, pour l'international c'est mieux. Je suis déjà allé en Amérique, y a longtemps. J'ai bien aimé, même si ça m'avait pas mal dépaysé. Je m'y étais pas fait que des amis -faut dire que les gens sont très différents là-bas- mais j'avais vécu des expériences assez mémorables. Mais je m'égare. Moi qui ai pas fait de cinéma depuis 40 ans, je suis comblé qu'on me redonne ma chance. Bon, ce sera pas un rôle aux antipodes de ce que j'ai fait avant, mais c'est une occasion incroyable. Je vais leur prouver, moi, que j'ai encore du punch. Et puis avec un peu de chance, si ça marche, je pourrai peut-être essayer de nouvelles choses. J'ai plusieurs collègues à qui on a donné une nouvelle chance. Y en a un qui vient même de publier le récit de ses premières années, il paraît que c'est super. Ca lui permet de continuer à trouver du plaisir dans le travail, de rester au contact du public plutôt que de prendre la poussière. Bon il s'est aussi planté sur d'autres projets, mais au moins il est resté actif, lui. Présent. Actuel.

Oui, cette trilogie c'est ma chance, peut-être la dernière avant longtemps. Après ça, je retrouverai ma place d'antan et on me laissera peut-être raconter d'autres choses plutôt que de me faire ressasser toujours les mêmes rengaines. Aller sur la Lune c'était incroyable, mais ça fait plus de 50 ans que je le raconte et ça commence à me lasser. En plus, Tryphon a plein de nouvelles idées à montrer au public, et ça fera pas de mal à Archibald de sortir un peu du château. Vraiment, il faut pas qu'on se loupe.

Publié dans Petites histoires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hesperide 07/06/2008 00:13

C'est de la motion capture ?! Faich' !Encore sur le Pole Express ça passait (c'était traité comme un dessin animé, auquel de "vrais" acteurs apportaient un plus d'authenticité dans les expressions), mais sur Baewolf l'horreur ! Aucun intéret à part le défi technique et faire plaisir aux réas qui veulent tenter des plans de fous. Avoir de bons acteurs dont on atténue le jeu, je vois pas bien l'intérêt. Berk berk berk ! J'espère qu'ils s'en sortiront mieux (je me réjouissais assez de ce film, moi).

Chelmi 06/06/2008 08:50

La motion-capture, ça me fait un peu peur. Je n'ai pas aimé le rendu du Pôle Express et la Légende de Beowull.